Office de tourisme communautaire, concilier stratégie, qualification et assise locale (Gouvernance 2)

 

La Bretagne n’aime pas la centralisation. Alors quand une commune bretonne confie sa compétence tourisme à la communauté d’agglomération, elle entend rester dans le jeu. Et l’établissement communautaire, chargé de la mise en œuvre de la politique touristique, doit apprendre la souplesse et les figures acrobatiques.

En 2007, le territoire de l’agglomération de Morlaix (28 communes, 66 000 habitants), c’est quatre offices de tourisme ouverts à l’année, deux syndicats d’initiative saisonniers et quatre points « i » communaux. Pas de démarche de qualification en dehors de Carantec (organisé en ÉPIC communal). Deux présidents d’association entendent préserver le statu quo tandis que le troisième à Morlaix, la ville centre, est impatient de voir la Communauté pendre les choses en mains. En parallèle, Morlaix Communauté est le porteur institutionnel de projets touristiques : un centre aquatique, une nouvelle auberge de jeunesse et se profilent à l’horizon la reconversion de la Manufactures des Tabacs et un centre d’interprétation de l’architecture et du Patrimoine pour porter l’image du label « Pays d’art et d’histoire » fraichement acquis.

Travail en équipe à Saint-Thégonnec

Esprit d’équipe à Saint-Thégonnec

Pour corriger le décalage entre l’initiative publique et l’organisation de l’accueil, et, intégrer pleinement le tourisme dans la stratégie de développement économique de la communauté, un ÉPIC a été créé, formalisant un lien organique entre la collectivité et la mise en œuvre de sa politique. Cette évolution a été permise par un retour vers les fondamentaux : la compétence tourisme est l’affaire des élus locaux, communaux et communautaires. À eux de définir la feuille de route, le projet, une ambition, et de dimensionner une organisation adaptée. Ce qui implique deux principes : passer outre les enjeux de structures et proposer très concrètement des perspectives aux personnels concernés. Et ne pas confondre les deux dimensions.

« Le cadre qui libère »

L’ÉPIC est une forme administrative rigide dans ses contours et contrôlée par la collectivité mère, mais qui permet, une fois le cadre posé, une liberté de fonctionnement dans la concertation et le rapport au terrain. Au delà de la nécessaire mutualisation des certaines missions – finances, administration, ressources humaines, communication – très vite se pose la recherche d’un équilibre entre stratégie d’en haut et réalité locale. Les emplois consolidés, les horaires élargis, un nouveau nom (connu de personne), le bureau d’information touristique reste et doit rester, pour tous, l’office de tourisme de la commune.

L’enjeu est désormais de bâtir un modèle économique qui fédère autour d’un projet de territoire qualifiant, tout en développant une assise locale très forte. À chaque bureau local, son référent (élu ou professionnel), sa commission locale (ouverte aux partenaires à leur demande), son groupe de travail qualité et son personnel dédié. En interne, l’engagement dans la démarche qualité est un référentiel structurant qui pose les bonnes questions et guide dans une même direction. Ce qui permet libérer sereinement les initiatives locales : chaque bureau peut devenir le lieu d’une expérimentation, qui sera partagée par la suite. La communication transversale devient alors essentielle. Elle est facilitée par la réunion hebdomadaire des responsables d’accueil et par les missions globales qui leurs sont attribuées (« accueil et qualité », « partenariat », « animations »), qui les impliquent dans la stratégie et dans l’encadrement intermédiaire.

Concilier « local et global » est une partie du chemin. L’autre enjeu majeur est de concilier « structuration et destination ». Nous sommes d’abord une destination « Bretagne » et « Finistère ». Nous devons aussi être souple pour développer au-delà de notre territoire des « alliances de destination » autour des thématiques porteuses : Baie de Morlaix, enclos paroissiaux… Le chantier à venir !

Ce texte a été publié dans JurisTourisme N° 149 daté du 15/01/2013.

JurisTourisme

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s