Pourquoi un blog ?

Le XXè siècle

Au début des années 90, j’étais journaliste localier dans la presse quotidienne régionale. Enfin non, pas journaliste, pigiste. On m’avait embauché, comme tous mes prédécesseurs, pour donner un coup de main aux journalistes officiels et pour combler un espace rédactionnel généreux, destiné à tenir la dragée haute aux velléités d’expansion du journal concurrent. L’actualité de la petite ville du Finistère sud ne permettait pas toujours de remplir la page supplémentaire qui nous était attribuée et il fallait user d’imagination pour créer des rubriques régulières, qui puissent intéresser le lecteur et s’appuyer sur la vie locale. C’est ce qu’on appelait les « papiers magazines », très appréciés du chef de rédaction qui pouvait à loisir les publier un jour, le lendemain ou la semaine suivante, en fonction du contenu strictement lié à l’actualité.

Ce travail était étonnant. Payé à la ligne, il fallait, si l’on souhaitait garder un peu de temps libre pour soi, rentabiliser l’écriture (30 lignes, 15 minutes / 60 lignes, 30 minutes…), se rendre à des kermesses improbables, subir des réunions interminables (une fois, j’ai été convié au conseil municipal d’une commune dont j’ignorais l’existence – je n’y suis pas retourné depuis) et proposer, comme un grand reporter, des thématiques originales (portraits d’entreprise, rencontres avec des personnalités locales, bancs d’essai…).

Très rapidement, j’ai voulu, non plus commenter, mais entrer dans le jeu.Et contrairement aux personnes qui ont occupé ce poste avant moi, je me suis empressé de sortir du journalisme pour passer à l’acte. Ce que je fais depuis vingt ans: communication, développement local, gestion d’équipement et depuis dix ans, développement économique.

Mais le commentateur est toujours là. Et il a toujours l’envie de porter un regard sur ce métier complexe et passionnant, depuis sa fenêtre, mais cette fois de l’intérieur et en se promettant de ne pas trop souvent parler de lui-même à la troisième personne.

Commenter, mais commenter quoi ?

Un collègue avec qui nous intervenons chaque année devant des étudiants de Brest a l’habitude de dire que, par lassitude, il préfère laisser entendre, à sa vieille cousine, qu’il travaille dans une mairie plutôt que de tenter une explication de son métier. Gilles, ce blog est pour ta cousine ! Qu’est ce que ce métier ? Quelles sont nos missions ? Qu’en avons-nous fait ? Pour aller où ?

Certains articles pourront servir de complément à des interventions devant un public. D’autres ne seront là que pour mettre en perspectives certaines facettes du travail. Et puis, si, en plus, ça peut servir…

Où se trouve PennLan ?

Ne pas confondre avec Penn Al Lan, PennLan, c’est dans ma tête. Clin d’oeil à Pascale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s